on 20 octobre 2021 in Actualités

Tout comme les institutions et les entreprises, les associations ont aussi des responsabilités en matière de comptabilité. Le domaine associatif est donc un secteur dans lequel la tenue des comptes doit se faire. Cela peut dépendre de la nature de l’association, de ses activités ou de sa taille. Ce miniguide rédigé par l’auteur du site macomptabilite.pro vous donne les informations nécessaires sur comment tenir une comptabilité associative. Lisez !

La comptabilité d’une association soumise au plan comptable

En général, le but d’une association est non lucratif. C’est-à-dire que les profits réalisés par cette dernière ne doivent pas être partagés par ses divers membres. Cependant, il existe certaines associations qui sont soumises aux obligations comptables. En d’autres termes, il y a des associations qui peuvent mener des activités lucratives et se faire des bénéfices. Toutefois, il est à noter que ces profits doivent être utilisés pour atteindre l’objectif que celles-ci se sont fixé. Vous l’aurez compris, ce sont ces différentes organisations qui ont le devoir de tenir et de déclarer leurs finances annuellement.

Au nombre des nombreuses structures existantes, vous avez :

  • les associations bénéficiant d’aides publiques d’un montant d’au moins 153 000 € ;
  • les associations émettant des valeurs mobilières ;
  • les associations reconnues d’utilité publique ;
  • les organismes qui font appel à la générosité publique, etc.

Les associations qui remplissent les critères suivants doivent également tenir leur comptabilité : effectif salarial dépassant 50 salariés, montant du chiffre d’affaires dépasse 1 550 000 €. Il en de même pour celles dont le bilan est supérieur à 3 100 000 €.

Pour répondre à cette obligation, ces associations doivent d’abord tenir un plan des comptes conformes à ceux d’une comptabilité générale et qui s’adapte aux associations. Ensuite, elles doivent avoir un livre journal dans lequel seront inscrites de façon chronologique leurs écritures comptables. Autrement dit, ce livre doit comporter chaque opération financière (achat, dons…) effectuée par l’association.

La comptabilité d’une association non soumise au plan comptable

Selon la loi, la grande partie des associations n’est pas forcée à tenir une comptabilité. Cependant, pour des raisons comme la gestion, la transparence financière, certaines peuvent penser à tenir leurs comptes. Dans ce cas, celles-ci ont le devoir de respecter les règlements n° 99-01 et n° 2018-06 de l’Autorité des normes comptables et elles peuvent y faire recours.

En dépit d’une déclaration annuelle, les microassociations sont obligées à rendre des comptes à leurs membres. Pour ce faire, elles doivent dans un cahier faire l’enregistrement chronologique de tous les bénéfices et les dépenses. Ce dernier doit se faire de manière judicieuse, car les ratures et les surcharges ne doivent pas s’y figurer. Selon le décret n° 2106-1971, une association qui n’est pas censée tenir une comptabilité et qui demande une aide doit fournir les états financiers approuvés du dernier exercice achevé.

Les nécessités et les obligations comptables d’une association

La tenue d’une comptabilité se fait selon diverses raisons. Parmi ces dernières, vous avez :

Les raisons démocratiques

Il s’agit ici de la présentation des comptes clairs et vérifiables aux membres qui ont accès à la comptabilité de leur association. Les explications doivent aussi être fournies en cas de demande.

Les raisons économiques

Une comptabilité tenue de façon régulière favorise le suivi et donne une assurance sur la gestion de l’association aux dirigeants. C’est en effet un outil essentiel pour assurer sa continuité et sa durabilité afin de mener une stratégie de développement. Des états financiers sont primordiaux lors d’une demande de subvention.

Les raisons juridiques

Une association doit être capable de présenter des comptes compréhensibles, précis en cas de demande des autorités ou services autorisés.

En somme, pour tenir une comptabilité associative, vous devez tenir un plan des comptes et un livre de journal lorsque l’organisation est soumise au plan comptable. Par contre, si elle ne l’est pas, il vous suffira d’un simple cahier dans lequel vous inscrirez les diverses opérations financières.