on 1 février 2021 in Actualités

S’il est coutume de dire que le temps est de l’argent, cela se vérifie d’autant plus dans le domaine de la comptabilité. Ici, la prise en compte de cette donnée fait intervenir la notion de période. La comptabilité paraît, à travers différentes opérations, réalisée selon une délimitation temporelle.

On parle de reporting mensuel, de clôture annuelle des comptes, de bilans semestriels ou trimestriels… Il s’agit de résolutions simplifiées par la performance des outils comptables, mais qui obéissent également à la pression temporelle exercée par la société.

Qu’est-ce que le principe de rattachement ?

Le rattachement est une notion qui est liée à l’utilisation d’une période comptable. Selon ce principe, les charges doivent être incluses dans le compte des résultats sur la même période. Cette opération a lieu dès qu’un rapport existe entre les coûts et la réalisation des produits. Les entreprises doivent donc réaliser la clôture d’un exercice comptable, en prenant en considération les charges relatives aux produits concernés durant l’exercice.

À titre d’exemple, c’est sur la même période où une déclaration de la valeur des marchandises est effectuée que celle des revenus sera réalisée. Pour respecter ce principe de rattachement, il est donc nécessaire de procéder à une comptabilisation des opérations de régularisation. Celle-ci implique de mettre en corrélation chaque produit ou charge avec l’exercice qui lui correspond.

Est-il simple de mettre en application la notion de période ?

Il peut être intéressant de baser ses opérations comptables sur la notion de rattachement. Toutefois, sa mise en application paraît moins simple qu’il n’y paraît. Il s’agit d’une opération délicate pour plusieurs raisons. Prenons l’exemple d’une livraison de biens. De prime abord, on aura tendance à penser que la réponse est immédiate.

Cependant, en prêtant plus attention à la question, on se rend compte qu’il existe d’autres paramètres à considérer (la période où les risques, le contrôle et la propriété sont intervertis). De même, certains services supplémentaires sont comptabilisés suivant certaines règles : assistance, maintenance, garantie… Il faut également prendre en compte la reconnaissance du produit qui a son impact sur l’intégration des dépenses associées.

Analyse de la notion de rattachement pour un cas

En guise d’illustration de la complexité de mise en application d’un rattachement, examinons le cas de la vente d’une licence d’utilisation de logiciel. Partons sur l’hypothèse où l’on est face d’un service de base associé à des services supplémentaires. La réalisation de la prestation de base suppose la prise en compte de l’intégralité du produit. Toutefois, dès qu’intervient le principe de rattachement, les charges prévisionnelles à engager imposent la déclaration de tout service accessoire par rapport à sa charge.

En revanche, lorsque les prestations sont individuelles du point de vue technique et financier, une mention du chiffre d’affaires de chaque produit est possible. Il existe également une dernière option où le produit est délivré globalement suivant une période contractuelle. Dans ce cas, le service est fourni de manière linéaire, à moins qu’il soit possible d’exposer une autre méthode de rattachement.

Voir nos offres comptables